Comment vaincre la procrastination ?

Mis à jour : juin 28


Vous est-il déjà arrivé de lister le nombre de tâches qui vous attendaient au cours d'une semaine pour finir par n'en réaliser aucune (ou presque) ?


Certainement que oui, si vous vous trouvez sur cet article.


J'ai moi même été une grande procrastinatrice et parfois sans m'en rendre compte, tellement les éléments, les questions et les éléments tournaient dans mon esprit, j'avais l'impression d'être focalisée dessus, cependant ce n'est pas pour autant que ce remue ménage de pensées me menaient à entrer en action pour obtenir des résultats, quel que soit le sujet que j'abordais.


Voilà quelques années que j'ai cessé de tout remettre au lendemain, et j'ai décidé aujourd'hui de partager avec vous mes astuces pour vaincre la procrastination, à l'occasion du thème mensuel du blog qui est la Productivité .


Bonne lecture


La procrastination, qu'est ce que c'est ?


Je vais vous servir la définition trouvée dans le Larousse : " Tendance à ajourner, à remettre systématiquement au lendemain. "


Autrement dit la procrastination, c'est ne pas faire ce que vous devez faire, reporter vos actions parfois jusqu'à la date buttoir, et cela peut intervenir dans n'importe quel domaine de votre vie : la vaisselle traîne dans votre évier ? Les lettres reçues s'empilent dans les enveloppes ? Votre CV n'est plus à jour depuis 2015 ? Vos réseaux sociaux ou votre projet d'entreprise est au point mort ? Vous êtes un procrastinateur, et ne vous flagellez pas! Nous sommes nombreux dans ce cas et la plupart du temps, sans même nous en rendre compte.

Vous êtes donc déjà en train de faire votre premier pas en lisant un article en lien avec ça, en vous découvrant procrastinateur et en cherchant des solutions pour y remédier. Cependant, ne vous reposez pas sur vos lauriers, ce n'est que la première marche d'un escalier pentu qu'il vous faudra gravir avec rigueur.


Les dangers principaux de la procrastination, au delà de potentiels intérêts à payer ou de factures supplémentaires que vous recevriez si vous vous amusiez à ne pas procéder à vos paiements à temps, c'est que l'action reportée à plus tard, ne puisse plus 'être du tout. Dans le cas d'actions mineures, cela peut être sans gravité et le procrastinateur pourrait penser que cela est sans conséquences. Le problème, à la longue, au delà du fait que cela soit malsain pour vous et que vous risquez de vous attirer des problèmes (si par exemple vous commenciez à la ramener au bureau), c'est le nombre d'opportunités à côté desquelles vous passez sans même vous en rendre compte. Et la vie devient un cercle vicieux dans lequel vous repoussez toujours votre quotidien, ce qui vous amène à ne jamais le faire évoluer.


La première étape, comprendre "Pourquoi je procrastine?"

La première étape et sans doute la plus importante sans quoi vous ne saurez accéder aux autres et les mettre en application, c'est de comprendre pourquoi vous repoussez toujours tout au lendemain.

La procrastination peut résulter d'un tas de situations, de sentiments, ou même de limites que vous vous imposez vous même. Prenez donc une feuille de papier et dans une première colonne, écrivez avec autant d'honnêteté que possible envers vous même, toutes les "excuses" que vous vous répétez au moment où vous repoussez votre tâche. Dans une seconde colonne, écrivez, toujours avec autant de transparence à votre propre égard, les raisons réelles qui vous amènent à reporter la réalisation de votre tâche. Ensuite, vous allez estimer le niveau d'importance de cette tâche dans votre quotidien. Si parmi elles font partie des tâches ménagères, de santé, ce sera forcément 10 d'importance. Car si vous ne le faites pas, la propreté de votre maison, votre hygiène de vie, et aussi l'image que vous avez de vous même se dégradera. Ensuite, estimez le niveau de difficulté que cette tâche représente chez vous, avec le temps que vous devrez lui accorder. Cela vous permettra de faire un ratio entre la difficulté et l'importance de la tâche.



Il se peut que votre procrastination vienne d'un gros problème de confiance en vous, parce que vous pouvez penser que vous n'êtes pas assez bien, assez formé, assez connu pour faire quelque chose. Parce que vous ne trouvez pas le bon moment, ou que vous vous pensez obligé(e) d'attendre après quelqu'un. Que vous avez trop de responsabilité ou alors peut être tout simplement parce que... Vous avez peur. La réussite de cet exercice dépend entièrement de votre capacité à prendre du recul sur vous même, de vous analyser et de comprendre les raisons qui vous pousse à procrastiner. Ne réprimez pas les sentiments et émotions qui surviennent en pensant à une tâche en particulier, qui bien généralement sont les premiers filtres qui nous poussent à agir ou à penser d'une manière ou d'une autre.

Ne plus procrastiner

Définir mes objectifs et les décliner


Si vous n'avez pas défini de réels objectifs précis et mesurables, alors la première chose à faire c'est ça. Non "Perdre du poids" n'est pas un objectif. "Gagner plus d'argent" n'en est pas un non plus.

Un bon objectif, c'est "Je veux avoir perdu 5 kilos dans 1 an". "Je veux gagner cette année 5 000€ de plus que l'année dernière." Si vous n'avez pas précisé ces derniers, je ne le détaillerais pas dans cet article car il est très long de définir correctement ses objectifs. Pour cela, je vous invite à consulter notre article : Définir ses objectifs et les réaliser.


Concrètement, vous devez avoir non seulement défini des objectifs précis, ainsi que leur dead line, mais vous devez aussi les décliner en sous objectif plus précis encore, qui peuvent par exemple être défini en fonction d'une chronologie : des objectifs réguliers par semaines, des objectifs intermédiaires par mois ou trimestre, et un objectif principal pour l'année.



Définir les étapes nécessaires à la réalisation de chacun de mes objectifs :


La seconde étape, c'est de définir et de planifier les étapes à réaliser pour remplir chacun de vos objectifs. L'étape précédente qui a été de définir clairement vos objectif est primordiale pour réaliser celle ci.

Dans le graphisme précédent, on voit que pour atteindre mon objectif principal annuel d'obtenir 5 000 visites mensuels sur mon blog, je me base sur 4 canaux de travail.

J'ai donc 4 objectifs intermédiaires : Développer mon audience Instagram, Développer mon audience Pinterest, Améliorer mon référencement, et développer l'audience de mon blog.


Dans chacun de ces objectifs intermédiaires, on va avoir des objectifs réguliers ou quotidiens : Si je souhaite développer mon audience sur Instagram, je vais devoir organiser des concours, créer des storys quizz et des débats, et poster au moins trois photos par semaine.

Si je souhaite développer l'audience de mon blog je vais devoir non seulement l'organiser mais aussi l'alimenter.


Mais pour définir les étapes et actions à réaliser je vais devoir aller encore plus loin.


Si on prend l'exemple du blog, je vais devoir définir les actions précises que j'aurais à réaliser pour chaque objectif, par exemple, la rédaction d'un article comprend le fait d'en trouver le sujet, de réaliser un plan de rédaction pour savoir de quoi vous parlerez et dans quel ordre, de rédiger l'article, d'en créer des visuels, etc.


Une fois ces tâches définies, classées les selon leur importance, leur urgence, et ce qu'elles apporteront par la suite, hiérarchisez les tâches prioritaires de celles que vous pouvez vous permettre de reporter voire de déléguer.

Réaliser des To Do List à partir de ces étapes


Les To Do List (Listes des Choses à faire) sont des outils efficaces pour ne pas se perdre dans tout ce que nous avons à faire, pour garder un oeil sur notre avancée ou tout simplement pour se libérer l'esprit de ces choses qu'il ne faut absolument pas qu'on oublie de faire. Je ne détaillerai pas dans cet article la façon de réaliser des To Do List efficace, car on s'éloignerait trop du sujet principal de la procrastination, nous aborderons cependant ce thème la semaine prochaine à travers un article dédié aux To Do List.


Pour résumer, une To Do List, c'est comme une liste de course, c'est la liste des choses qu'il ne faut pas qu'on oublie, sans quoi nous serons embarrassés. Vous pouvez créer des To Do List de la manière qu'il vous plaira, à plusieurs échelles, pour plusieurs thèmes. Cela dépend essentiellement de votre manière de travailler qu'il vous faudra observer au fur et à mesure de votre utilisation des outils. Pour certaines personnes, il est plus simple de réaliser des To Do List à la journée, par exemple l'ensemble des choses à faire dans la journée. Pour d'autre, il est plus simple de les réaliser par thème que les tâches abordes. Par exemple : Tâches ménagères, administratif, etc.


Ces To Do List sont à créer régulièrement, à modifier, à raturer, à cocher. Elles doivent vous suivre partout et vous devez les consulter régulièrement.


Vous pouvez en créer autant que vous voulez tant que vous ne les laissez pas moisir dans le placard et que vous les placez dans des endroits stratégiques.


Planifier, chronométrer, limiter


La prochaine étape pour ne plus procrastiner, va être de planifier à quels moments vous allez travailler. Il n'y a pas de bon moment, vous ne devez pas attendre que ce dernier arrive, vous devez le créer, vous devez le réserver, vous devez le planifier.

Commencez par prendre votre agenda et voir quels moments vous pouvez libérer. Inutile de chercher un trou de 3 heures. Des périodes de 25 minutes peuvent suffire. Que ce soit quand vous attendez un bus, pendant que vous prenez le train, dans une salle d'attente, peu importe (bien que le mieux soit que vous ayez un endroit dédié, paisible, dans lequel vous pouvez travailler dans de bonnes conditions et sans être dérangé.) Tachez d'avoir ce planning sous les yeux, n'hésitez pas à ajouter ces plages horaires à votre agenda, il est très important de formaliser par écrit ses objectifs mais aussi les actions à réaliser.


Une fois que les plages horaires sont définies à partir de la deadline de chacun de vos objectifs, vous allez devoir vous obliger à vous mettre au travail au moment venu. Pour éviter de divaguer, tachez de vous couper de toutes distractions possibles. Si vous n'avez pas besoin de votre téléphone portable, coupez le ou mettez le dans une autre pièce. Si vous souhaitez l'avoir avec vous en cas d'urgence, téléchargez une application comme "Forest". Le principe est que vous allez lancer la plantation virtuelle d'un arbre sur votre parcelle pendant un laps de temps défini, par exemple 1 heure. Et pendant cette heure, vous ne devrez pas utiliser votre téléphone sans quoi la plantation de l'arbre s'interrompt. Plus vous coupez votre téléphone et vous concentrez sur autre chose, plus vous obtiendrez d'arbres dans votre parcelles et obtiendrez une forêt, d'où le nom. Vous pouvez aussi faire ça en groupe si vous travaillez dans un groupe de travail. La mort de l'arbre d'un des participants entraîne la mort de celui des autres.


L'une des méthodes de productivité la plus efficace consiste à travailler pendant une demi-heure puis de faire une pause consistant à détendre corps et esprit, avant de repartir sur un laps de temps de travail supplémentaire. Pour ma part, je dirais que nous fonctionnons tous différemment, et que le plus important pour vous c'est d'analyser les heures, jours et moments où vous êtes le plus productif. Pour ma part, je suis plus productive le matin et en début de soirée, mais j'ai appris à être productive à toute heure en me concentrant sur les tâches que j'avais à accomplir.


Faites une chose à la fois, et allez au bout.


Rien de pire que de travailler sur un sujet et d'être envahi de pensées sur un sujet et puis un autre, sur ce qu'il ne faut pas oublier et ce qu'on doit réaliser. C'est pour ça que poser les choses comme je vous l'ai expliqué précédemment vous permettra de vous concentrer sur une seule et unique chose, et de la faire jusqu'au bout.

Il n'y a rien de pire pour moi, quand je travaille sur un article par exemple, que de commencer à le rédiger sans pouvoir le finir. Devoir revenir le lendemain ou le surlendemain dessus pour le compléter. Je ne suis plus dans le même état d'esprit, je dois me "réchauffer" dans l'esprit de l'article que j'aborde et dérouiller le plan que j'avais en tête et que je n'ai plus. Ou alors, de commencer à rédiger un article, de me rendre sur mon téléphone pour effectuer une recherche, de recevoir une notification, de cliquer dessus et de me mettre à surfer sans vraiment m'en rendre compte pour au final perdre vingt minutes à ne rien faire avant de me rendre compte que j'ai divagué.


Ainsi quand vous entamez une tâche, réalisez la du début jusqu'à la fin, d'une vous arriverez à la fin de votre exécution avec un sentiment d'accomplissement, mais aussi, vous aurez l'esprit libre en sachant que c'est derrière vous, c'est fait, ce qui est fait n'est plus à faire, vous pouvez passer à la suite.


Dans le cadre de l'alimentation de mon blog par exemple. D'une je vais définir mes thèmes sur les 6 prochains mois, puis trouver les sujets des articles sur les 6 prochains mois. Ensuite, je vais prendre chaque article l'un après l'autre, je vais en définir le plan, me renseigner sur le sujet, le rédiger, mais je ne m'arrête pas là, je le paramètre, je le planifie pour qu'il se publie automatiquement (comme ça j'ai vraiment plus rien à faire), je prépare la newsletter associée que je planifie également, puis je commence à regarder le prochain article sur lequel je me pencherais pour développer l'arrivée de potentielles idées liées à cet article d'ici ma prochaine séance de travail.


Effectuez toujours le plus difficile en premier.


Plus haut, vous avez du définir par une note sur 10 l'importance des tâches que vous avez à accomplir, mais également leur difficulté pour vous de les effectuer. Un conseil : Effectuez toujours la tâche la plus difficile en premier.


Il y a deux types de personnes, celles qui commencent par le plus simple et finissent par le plus dur, et celles qui commencent par le plus difficile pour finir par le plus simple. Je vous conseille de faire partie de ce deuxième type de personne. (Si vous êtes une femme, demandez vous si vous vernissez votre main maîtresse en premier ou en dernier, vous saurez de quel type vous êtes).


Ce qu'il y a d'avantageux dans le fait de faire le plus difficile d'abord, c'est que le reste, ce qui suit et qui peut traîner dans la longueur, devient tout de suite beaucoup plus simple à réaliser (et parfois même agréable).


Prenez l'habitude avant de faire quoi que ce soit d'autre (surtout des choses agréables pour vous) de réaliser votre tâche quotidienne la plus difficile, la plus désagréable, celle qui vous donne le moins envie. Une fois cette dernière terminée, le reste de votre journée vous paraîtra plus doux et il sera moins accablant pour vous de réaliser le reste de votre To do List.


À l'inverse, si vous commencez par le plus simple vers le plus compliqué, vous aurez l'impression que chaque nouvelle difficulté vous écrase, vous fatigue, et vous risquez de vous décourager avant d'avoir terminé vos tâches. C'est un peu comme choisir entre une montée ou une descente en vélo.


Seulement, si vous êtes du genre à vous décourager rapidement, il se peut que vous n'arriviez pas à prendre une habitude régulière de cette manière. Donc commencer par une tâches simple et agréable, enchaînez par quelque chose de compliquez, puis refaite quelque chose d'agréable, et ainsi de suite.


Un livre très intéressant à ce sujet : Avalez le Crapaud, de Brian Tracy


Obligez vous à le faire jusqu'à ce que ça devienne une habitude


Il y a les tâches qu'on considère comme étant des habitudes, et il y en a certaines qu'on considère comme des tâches, parfois parce qu'elles restent trop irrégulières. Forcez vous donc à définir vos plages horaires, à faire vos to do list, à travailler, jusqu'à ce que ça devienne une habitude pour vous et que ça fasse partie du décor. Pour cela, n'hésitez pas à vous définir un rituel, une série d'actions que vous réaliserez toujours dans le même ordre pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions. Dans mon cas, au moment de me mettre au travail, je réunis tout mon matériel pour ne pas avoir à me relever. Mon téléphone, mon ordinateur, mais aussi mes chargeurs, batteries externes, disques durs externes, tablette graphique.

Je prépare de quoi boire et de quoi grignoter, je prend un plaid que je dispose sur mes genoux,je consulte mon agenda et je commence à travailler.


De la même manière, définissez au fil des séances ce dont vous avez besoin pour commencer une séance de travail sereinement. Si vous êtes aigri à l'idée de rédiger un rituel pour vous aider, ne vous faites pas d'illusions, des rituels vous en avez des tas et vous ne vous en rendez pas compte. Par exemple, avant d'aller vous coucher ou encore en vous réveillant le matin. Créez donc consciemment ce rituel de mise au travail, vous verrez qu'au bout de quelques semaines il deviendra naturel pour vous de procéder de cette manière et commencer votre rituel vous mettra automatiquement dans un état psychologique associée à votre productivité à venir.

Récompensez vous à chaque objectif accompli


Dans votre rituel, prenez l'habitude de vous prévoir une manière de vous récompenser si vous atteignez ou dépassez votre objectif. Cette technique, développée dans notre article : Définir ses objectifs et les atteindre, vous permettra non seulement d'avoir un gage de motivation supplémentaire, mais aussi de prendre un réel plaisir à vous mettre au travail et à accomplir vos objectifs (en plus de ce que ces derniers vous apportent de façon propre.)


Cette récompense, ça peut être un goûter autour d'une délicieuse pâtisserie, un repas dans un super restaurant, une heure à se faire masser et à être cocooné, mais ça peut aussi être une activité hors du commun qui vous inviterait à dépasser vos limites : par exemple un saut en parachute une heure de plongée sous-marine .


Le mieux, c'est quand vos récompenses rentrent en cohérence avec vos objectifs. Si vos objectifs sont par exemple en lien avec le visuel, votre récompense peut être de vous acheter un matériel un peu hors budget, ou de la décoration, des logiciels pour votre contenu.


La récompense deviendra alors non seulement récompense mais aussi opportunité d'avancer et de faire mieux, et donc de vous rapprocher de vos objectifs finaux.


S'accepter pour ce qu'on est, et ne pas s'auto-flageller


La dernière étape de notre processus consiste tout d'abord à se comprendre soi même, et à s'accepter tels que nous sommes. Parfois, même si vous vous forcez à vous mettre au travail, vous pourrez avoir des préoccupations qui vous empêcheront d'avancer de façon vraiment efficace et d'obtenir des résultats significatifs. Si vous ne pouvez pas faire abstraction, alors réglez vos problèmes et revenez au travail plus tard. Vous ne devez pas réprimer vos émotions, ce que vous êtes et donc vos moments de fatigue et de relâchements (d'où l'importance des pauses). Au contraire, il faut prendre le temps de comprendre ces émotions, d'où elles viennent, afin de savoir si on peut faire quelque chose pour améliorer le problème (la plupart du temps on le peut).


De la même manière, en période de relâchement, de stagnation, il ne faut pas s'auto-flageller. Vous ne ferez qu'empirer les choses. Il n'y a pas d'échec, ou alors seulement si vous n'allez pas au bout de votre échec en passant par l'apprentissage de vos erreurs.


Il arrive que je passe deux semaines sans rien faire, que je commence à ressentir de l'anxiété, à imaginer le pire, à me dire que je suis inutile, alors généralement pour combattre cette sensation, la première chose que je fais c'est de montrer à cette petite voix dans ma tête qu'elle a tort. Je vais donc réfléchir plus sérieusement aux risques potentiels et au danger réel de ma situation, afin de pouvoir y trouver des solutions et parades. Généralement, ces deux semaines de rien, débouchent sur deux semaines de productivité maximale.


L'important, c'est de trouver votre rythme, de le respecter, de vous respecter, de vous accepter, d'accepter de ralentir, de stagner, et de repartir. Prenez du recul sur vos phases de sous production et de sur production et travailler à maintenir l'équilibre entre les deux et à toujours compenser : accordez vous des pauses quand vous êtes à fond, et motivez vous quand vous êtes découragés.


Nous arrivons à la fin de cette article et je vous remercie pour votre lecture. N'hésitez pas à consulter les articles du blog du même thème pour continuer d'avancer vers la réalisation de vos objectifs.


Article écrit par Aty_Pique, Community Manager

Instagram : @Aty_pique

Facebook : Aty'pique

Pinterest : Aty_pique

Posts récents

Voir tout

Pour ne rien rater, inscrivez-vous à notre Espace Membre

Ou à notre Newsletter (Un seul e-mail par mois)

©2019 Site créé par  Aty_pique.

Conception de site Web ; Community Manager ; Photographe à Bourg en Bresse

contact@aty-pique.com - 07 56 97 72 08